La place des terreaux à Lyon

La place des terreaux à Lyon

Située dans le 1er arrondissement de Lyon, la place des Terreaux est posée au pied de la Croix-Rousse, sur la presqu’île entre la Saône et le Rhône et bordée entre autres bâtiments par l’hôtel de ville au Sud et le musée des Beaux-Arts à l’Ouest.

Avant la place des Terreaux

En 1206, suite à un contentieux entre l’association des marchands lyonnais et l’archevêque Renaud II de Forez, les bourgeois lyonnais font élever une muraille au pied de la colline Saint-Sébastien (appelée aujourd’hui Croix-Rousse) et une tour sur la Saône pour contrôler le pont du Change, reliant les faubourgs Saint-Nizier et Saint-Jean.

Ce mur épais de 2 mètres, était à son apogée long de 500m et haut de 10m, percé de deux portes et protégé par 10 tours, avec un chemin de ronde et un large fossé qui pouvait être rempli d’eau en cas de siège. En latin, ce fossé était appelé Terralia nova ou fossé des Terreaux.

Au XVIème siècle la muraille tombe en ruine et sa démolition est décidée en 1538. Le fossé se trouvant du côté de la Saône est comblé et les pierres du mur servent à rénover le couvent Saint-Pierre qui abrite depuis 1803 le musée des Beaux-Arts. En 1578 toute la surface de l’actuelle place des Terreaux est remblayée.

La place des Terreaux devient le centre de Lyon

La place des terreaux

En 1617, le fossé disparait définitivement et les anciens jardins de l’hôtel de ville sont aménagés. On y trouve aujourd’hui l’opéra. Le 12 septembre 1642, Henri de Cinq-Mars, à peine âgé de 22 ans, y est décapité, suite à une conspiration ourdie contre Richelieu.

L’Hôtel de ville de Lyon est bâti par Simon Maupin entre 1646 et 1651, puis reconstruit par Jules Hardouin-Mansart, après l’incendie de 1674. La guillotine trônera au centre de la place pendant toute la durée de la Révolution et fonctionnera à plein régime.

Dans la deuxième moitié du XIXème siècle, les accès à la place sont élargis et en 1855 entre la rue Lanterne et la place s’ouvre le passage des Terreaux. En 1892, Bartholdi, le créateur de la statue de la Liberté et du Lion de Belfort érige à l’ouest de la place la fontaine qui porte son nom.

Elle avait été réalisée pour la ville de Bordeaux qui finalement la refusa car trop chère. Elle symbolise la Garonne et ses 4 affluents se jetant dans l’océan et aurait dû s’appeler « Char triomphal de la Garonne ».

En 1994, la place des Terreaux est réaménagée et à l’occasion de la construction d’un parking souterrain la fontaine Bartholdi est installée au centre de la place, dans l’axe du palais Saint-Pierre. Les architectes Christian Drevet et Daniel Buren sèment des colonnes striées de blanc et de noir et 69 mini fontaines sur la place.

Le 29 septembre 1995, la place des Terreaux est classée monument historique et elle est aujourd’hui l’un des hauts lieux de Lyon.

Laisser un commentaire